contact@gis-religions.fr
04.26.07.66.29.

Actualités

leglise largent à lépoque moderne IMAGE

Auteur : Paola VISMARA

Présentation : Frédéric MEYER
Traduction : Stefano SIMIZ
Collection Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, 2019.

L’ouvrage se concentre sur la période moderne, qui a hérité du Moyen Âge quelques importantes incitations, provenant en particulier du monde franciscain et, pour certains, déjà du monde monastique. Dans l’Italie de la fin du Moyen Âge naissent les assurances et les banques modernes ; les Flandres et d’autres aires européennes connaissent également un impressionnant développement. Ces nouveautés sont rendues possibles par les grandes mutations du temps, à commencer par la découverte du Nouveau monde et ses incidences sur le plan économique. Il est alors indispensable de repenser, de rénover et de proposer des réflexions inédites, en mesure de répondre à la mutation et aux enjeux en cours. L’objet central du livre est le prêt à intérêt. Ce n’est qu’avec le temps qu’on distingue l’usure du prêt à intérêt légitime et non condamnable. C’est une affaire d’importance. En elle se reflètent les grands confits qui agitent l’intérieur même de l’Église, surtout dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Elle représente aussi une grille de lecture très intéressante pour mieux comprendre l’évolution générale de l’Église. Cela concerne tous les membres de la société : les riches qui possèdent un capital à investir ; les marchands qui, même riches, ont besoin d’un capital liquide afin de développer leurs affaires. Cela concerne aussi les pauvres qui ont besoin d’argent pour subvenir à leurs premières nécessités ; cela concerne enfin les petites institutions ecclésiastiques et les personnes aux faibles ressources, qui possèdent néanmoins quelques liquidités et doivent vivre sur le profit généré par celles-ci.

Revue de l'histoire des religions : La DOMINATION ECCLESIALE. Modèles et critiques (XIXè-XXè siècle)

RHR 2019.2 couverture Page 1

https://journals.openedition.org/rhr

 

 La Revue de l’histoire des religions (RHR), publication trimestrielle fondée en 1880, dont la rédaction est établie au Collège de France au sein de l’Institut des civilisations, est ouverte à la plus large collaboration, française et étrangère. Son champ d’étude couvre toutes les formes du donné religieux, discours et vécu, des origines à nos jours, sous toutes les latitudes.

La Revue ne publie que des textes originaux, scientifiquement fondés. Elle peut accueillir, dans ses numéros thématiques, des actes de colloque. Tous les textes proposés sont soumis au Comité de lecture ; ils doivent être présentés prêts pour l’impression (voir les « Instructions aux auteurs » sur le site de la Revue).

IMAGE PROTESTANTISME 16H18

Le protestantisme est généralement réputé étranger à la Lorraine. Pourtant, la diversité géopolitique de l'espace lorrain à l’époque moderne, puis sa partition tragique à l’époque contemporaine, font de ce territoire un lieu de diffusion contrastée des réformes protestantes, dans leur diversité. Calvinistes, luthériens ou encore anabaptistes, jusqu’aux évangéliques aujourd’hui, ont tous, malgré leur situation d’extrême minorité et la précarité, parfois, de leur condition juridique, joué un rôle non négligeable dans l’histoire lorraine.
Il s’agit donc de réévaluer cette place, de faire un bilan des travaux les plus récents et de lancer des pistes pour de futures recherches, tout en replaçant la Lorraine dans des contextes plus larges, du fait de sa position d’entre-deux entre les constructions nationales française et allemande.
Entre synthèse globale et études de cas, cet ouvrage est un reflet de nos connaissances actuelles sur le sujet, ce qui constitue une entreprise éditoriale inédite.

Laurent JALABERT et Julien LEONARD (dir.)
Éditeur : Septentrion, 2019

IMAGE couverture algerie catholique 07

L' ALGERIE CATHOLIQUE

XIXe-XXIe siècles

Pendant près de 130 ans, l'Église catholique en Algérie participe au système colonial au point d'en devenir l'un des piliers.

Les Français importent une religion qui marque le territoire avec ses églises, le son des cloches, les processions... Un nouvel environnement sonore et visuel s'impose aux colonisés. Parallèlement, les Algériens font l'expérience de la ségrégation légale, sociale et culturelle. Que reste-t-il de cette Église qui s'est posée en héritière de la prestigieuse Église d'Afrique, celle des Augustin, Cyprien ou encore Tertullien?

À partir d'archives privées et publiques, mais aussi de la presse et d'une riche bibliographie, Oissila Saaidia retrace l'histoire du catholicisme en Algérie de 1830 à nos jours. Au fil du temps, l'infrastructure paroissiale se met en place, les écoles se construisent, les pèlerinages voient le jour alors que le faste des célébrations liturgiques entend rappeler la supériorité de la Croix sur le Croissant. Puis, 1962 : comment se situer dans l'Algérie algérienne et musulmane? De l'euphorie de l'indépendance aux lendemains de la décennie noire, des espoirs des années 1960 aux inquiétudes devant un avenir incertain, un nouveau chapitre de l'histoire de l'Église en Algérie continue des'écrire.

Près de vingt-cinq ans après ses permiers travaux sur le catholicisme en Algérie, Oissila Saaidia livre la première synthèse sur cette histoire partagée, sans en occulter les ambiguïtés et les contradictions.

Oissila Saaidia, agrégée de l'Université en histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine. Elle dirige actuellement  /'IRMC de Tunis (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain I USR 3077 CNRS)         

Elle s'intéresse aux enjeux religieux de part et d'autre de la Méditerranée. Elle est notamment l'auteur d'Algérie coloniale (CNRS Éditions, 2015)

 

www.cnrseditions.fr

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2018-SAAIDIA-algerie catholique 07.pdf)2018-SAAIDIA-algerie catholique 07.pdf3422 Ko
LE PLURALISME RELIGIEUX DANS LES CIMETIERES

Le pluralisme religieux dans les cimetières en Europe

Anne fornerod
Édité par Anne Fornerod
Date de parution : juin 2019
Collection - Société, droit et religion 

Les cimetières sont un lieu traditionnel d'expression des convictions religieuses. En dépit du développement considérable de la crémation – signe de sécularisation – le paramètre religieux demeure une voie d'analyse incontournable de ces espaces. Les contributions réunies dans ce volume proposent une réflexion sur la régulation des pratiques religieuses observables dans les cimetières à l'échelle européenne. Elles cherchent à apprécier la spécificité nationale qui peut être double : celle qui détermine le système de relations État-religions et celle qui caractérise la législation funéraire. Si les enjeux et les défis posés sont comparables d’un pays à l’autre, les auteurs mettent en perspective les réponses apportées. Ils montrent aussi la mise en œuvre d’un régime juridique des cimetières qui dépend de sa réception par les cultes concernés. Une large place est donc faite à l’analyse du statut des cimetières dans les principales traditions religieuses.

Introduction – Anne Fornerod

L'ASSISE JURIDIQUE DU PLURALISME RELIGIEUX DANS LES CIMETIÈRES

Louis-Léon Christians – Droit européen et international : unité et diversité du respect dû aux morts
Julie Rugg – Le traitement des morts en Angleterre : entre pluralisme et pragmatisme
Anne Fornerod – Le pluralisme religieux dans les cimetières en régime français de laïcité
Tymen J. Van der Ploeg – Pluralisme religieux et funérailles aux Pays-Bas
Louis-Léon Christians, Patrick De Pooter – Le régime des cimetières en Belgique : neutralité inclusive et pluralisme confessionnel
Miguel Rodriguez-Blanco – Le pluralisme religieux dans les cimetières espagnols à la lumière du droit à une sépulture décente

CIMETIÈRES ET FUNÉRAILLES DANS LES TRADITIONS RELIGIEUSES

Claude Heymann – Le cimetière, une histoire juive…
Jean-Luc Hiebel – Le statut des cimetières en droit canonique
Moussa Abou Ramadan – Les cimetières et le droit musulman
Pierre-Yves Kirschleger – Cimetières protestants ou cimetières des protestants ?
Caroline Gyss – Mourir en France : les tombes chinoises des cimetières parisiens comme source socio-historique

Conclusion générale – Anne Fornerod