contact@gis-religions.fr
04.26.07.66.29.

Actualités

 
 
 
 

 

 

 

image laurick

 

 

 

 

 

À Lyon, à la fin du XIX' siècle, est créé un dispositif institutionnel destiné à faire connaître les colonies; il suscite la constitution des premières collections africaines. Durant un siècle, les musées} missionnaires ou non1 vont utiliser les objets pour nourrir leur propagande et affirmer leur rôle dans l'expansion de la France d'outre­mer. Les objets africains servent selon le cas de témoins du développement humain (salle d'anthropologie), d'indicateurs du savoir technique des populations (musées coloniaux), d'illustrations du paganisme (musées missionnaires) ou d'objets à valeur spéculative. Les expositions et les musées témoignent de cette histoire. S'ils ont contribué à ancrer stéréotypes et clichés1 ils révèlent aussi l'évolution des regards au gré des intérêts ou des expériences.
Qpels liens la ville de Lyon a-t-elle entretenu avec le continent africain de la fin du XIX' siècle aux années 1960? !mages d'un temps passé aux parfums exotiques de cet outre-mer lointain, l'histoire des collections africaines nous interroge à la fois sur notre rapport à l'objet et sur un héritage dont il ne reste aujourd'hui que peu de traces visibles} mais qui s'inscrit néanmoins dans le débat sur la question de la restitution du patrimoine culturel africain.

 


Laurick Zerbini est maîtresse de conférences en histoire des arts d'Afrique subsaharienne à l'Université Lyon 2. Elie est membre du LARHRA (UMR 5190, CNRS), Axes Religions et croyances. Ses recherches se concentrent sur les expositions et musées missionnaires en croisant le fait missionnaire et l'anthropologie, l'architecture chrétienne en Afrique de l'Ouest et la photographie missionnaire en Afrique de l'Ouest.

 

logo ISERLlogo labex

La liberté de conscience

Histoire d’une notion et d’un droit

Dominique AVON

La liberté de conscience a été conçue comme une possibilité de croire, de changer de croyance ou de ne pas en avoir. Lors de son inscription dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ce droit individuel a néanmoins suscité des réserves ou oppositions qui ont empêché sa déclinaison constitutionnelle par plusieurs États-membres. Une génération plus tard, la contestation de la liberté de conscience s’est trouvée renforcée au nom de la reconnaissance de sensibilités culturelles différenciées. L’enquête historique conduite dans cet ouvrage vise à saisir l’émergence d’une notion, à comprendre les motifs d’adhésion et de rejet, à déterminer les modalités d’expansion de cette liberté, de sa traduction dans des langues qui n’en avaient pas dessiné les contours, ainsi qu’à appréhender les ressorts des remises en question contemporaines. Elle met en exergue la force et la fragilité d’une des libertés fondatrices de la modernité, historiquement située et qui n’a cessé d’être louée ou décriée.

Dominique Avon est directeur d’études à l’Ecole Pratiques des Hautes Etudes (Paris) et directeur de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman. Il a enseigné en Égypte (1992-1994), et été professeur invité au Liban (2004-2005), aux États-Unis (2014) et en Belgique (2015). Ses recherches portent sur le fait religieux contemporain (christianisme et islam), les intellectuels et l’histoire des idées. Parmi d’autres responsabilités, il a codirigé l’IPRA (Institut du pluralisme religieux et de l’athéisme).

1575981666

Téléchargement :

Introduction (Fichier pdf, 278 Ko)

Table des matières (Fichier pdf, 239 Ko)

4e de couverture (Fichier pdf, 30 Ko)

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4946

CP Corps religion et diversité 5

CORPS, RELIGION ET DIVERSITE

Éditions Academia

Anne-Laure Zwilling (dir.)

Le religieux s’invite dans les corps de multiples façons : par les marques (comme le tikka des hindous), les inscriptions sur le corps (circoncision, tatouages…), les pratiques, l’alimentation, la sexualité, les vêtements (le voile des religieuses catholiques ou la robe orange des moines bouddhistes), les bijoux — la liste est longue. Quasiment chaque religion formule des interdictions, des recommandations et prescriptions quant au rapport du croyant à son corps. Et la diversité religieuse grandissante fait voir de multiples usages différents, auxquels l’évolution sociale fait connaître encore des variations. Pourquoi une telle présence du religieux dans nos sociétés occidentales sécularisées ? Il est temps d’explorer les liens riches et complexes qui existent entre corps, religion, et diversité.

Anthropologue des religions, Anne-Laure Zwilling travaille sur les minorités religieuses et le rapport des religions aux textes fondateurs.

Elle a publié Religions, les mots pour en parler (2014), Minorité et communauté en religion (2016), Les minorités religieuses en France (2019).

pour en savoir plus : https://www.editions-academia.be/livre-9782806104731

PARU MINORITES RELIGUEUSES FRANCE COUVSous la direction d’Anne-Laure Zwilling
avec Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermon-Belot et Lionel Obadia

LES MINORITÉS RELIGIEUSES EN FRANCE
Panorama de la diversité contemporaine

Un éclairage inédit de la diversité religieuse de la France contemporaine, présentant près d’une centaine de groupes religieux présents en France

Sous la direction d’une équipe pluridisciplinaire, près de 80 sociologues, ethnologues, anthropologues, historien, offrent ici une présentation détaillée des groupes religieux présents en France, permettant ainsi une meilleure connaissance de ces mouvements et de leur évolution récente.

Dans une approche inédite, chaque chapitre présente avec précision un groupe religieux. Ces chapitres sont regroupés par grands ensembles confessionnels, ce qui permet de saisir la diversité interne de chacun de ces ensembles. Ce livre présente aussi bien des groupes connus que d’autres qui restent largement à découvrir, des groupes numériquement importants que de très petites communautés. Au-delà de la diversité des monothéismes, qu’il expose en détail, il prend également en compte les religions asiatiques ainsi que des groupes échappant
à ces classements traditionnels.

La présentation de chaque groupe comprend autant les questions de démographie religieuse que le contexte d’implantation, la présence publique, les relations intraconfessionnelles et intrareligieuses, la reconnaissance sociale, la formation religieuse des enfants et des adultes, ou encore l’état de la recherche. Jamais encore un ouvrage n’avait rassemblé en un seul volume une information consolidée, dans une perspective scientifique, sur une telle diversité de groupes religieux. Il permet de saisir tant le positionnement de ces groupes dans l’espace public et les uns par rapport aux autres, que de discerner les grandes lignes de l’évolution récente du paysage religieux.

 

leglise largent à lépoque moderne IMAGE

Auteur : Paola VISMARA

Présentation : Frédéric MEYER
Traduction : Stefano SIMIZ
Collection Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, 2019.

L’ouvrage se concentre sur la période moderne, qui a hérité du Moyen Âge quelques importantes incitations, provenant en particulier du monde franciscain et, pour certains, déjà du monde monastique. Dans l’Italie de la fin du Moyen Âge naissent les assurances et les banques modernes ; les Flandres et d’autres aires européennes connaissent également un impressionnant développement. Ces nouveautés sont rendues possibles par les grandes mutations du temps, à commencer par la découverte du Nouveau monde et ses incidences sur le plan économique. Il est alors indispensable de repenser, de rénover et de proposer des réflexions inédites, en mesure de répondre à la mutation et aux enjeux en cours. L’objet central du livre est le prêt à intérêt. Ce n’est qu’avec le temps qu’on distingue l’usure du prêt à intérêt légitime et non condamnable. C’est une affaire d’importance. En elle se reflètent les grands confits qui agitent l’intérieur même de l’Église, surtout dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Elle représente aussi une grille de lecture très intéressante pour mieux comprendre l’évolution générale de l’Église. Cela concerne tous les membres de la société : les riches qui possèdent un capital à investir ; les marchands qui, même riches, ont besoin d’un capital liquide afin de développer leurs affaires. Cela concerne aussi les pauvres qui ont besoin d’argent pour subvenir à leurs premières nécessités ; cela concerne enfin les petites institutions ecclésiastiques et les personnes aux faibles ressources, qui possèdent néanmoins quelques liquidités et doivent vivre sur le profit généré par celles-ci.