contact@gis-religions.fr
04.26.07.66.29.

Les Travaux du GIS

Affiche CERCLL Cathédrale et événement v3

Au lendemain de l’incendie de Notre-Dame de Paris, le 16 avril 2019, le quotidien Libération donnait à la une de son édition un titre bref et particulièrement signifiant au récit de l’événement : « Notre-Drame ». Spectaculaire dans ce dernier cas, le phénomène de ré-appropriation collective par la communauté civile ou par la nation entière d’un mo-nument religieux n’est cependant pas inédit. C’est en effet souvent à l’occasion d’événements affectant la communauté elle-même (guerres, bombardements, catastrophes naturelles) que les cathédrales redeviennent ainsi le bien de tous, au-delà de leur appartenance à une communauté confessionnelle ou municipale. Cette appropriation souvent problématique est alors effectuée par des discours, des récits et des images qui construisent ainsi un « récit commun » sur le mo-nument et sur le lien qui l’unit ou le réunit à la communauté dans les heures qui suivent immédiatement l’événement.La journée d’études « La cathédrale et l’événement » portera, à l’occasion de la célébration des 800 ans de Notre-Dame d’Amiens, sur cette restructuration histo-rique des récits autour du monument confronté à l’épreuve de sa disparition pos-sible -partielle ou totale. A cette occasion, le monument peut en effet redevenir un objet culturel commun et/ou un symbole national, que la catastrophe résulte d’un acte de guerre (bombardement et incendie de la cathédrale de Mayence 1792, de la cathédrale de Reims en 1914), d’une destruction volontaire (cathédrales d’Arras ou Boulogne ; église universitaire de Leipzig) ou d’un accident (incendie de Notre-Dame d’Amiens en 1988, cathédrale de Metz 1877 et Notre Dame de Paris 2019).Des interventions émanant de journalistes, d’historiens et de spécialistes de l’ana-lyse du traitement médiatique (image, discours et récit) de l’événement seront ainsi consacrées aux récits et aux images des catastrophes auxquelles ont été confron-tées des églises d’Allemagne et du Nord de la France, avant le récent incendie de Notre-Dame-de-Paris. La matinée se terminera sur une table ronde « Images/récits du désastre - le monument face à sa disparition », qui analysera les enjeux de ces récits, immédiats ou réélaborés sur le temps long.L’après-midi sera dédiée à l’analyse des discours sur la reconstruction du monu-ment, et se conclura également sur une table ronde : comment reconstruire, et que re-construit-on ?La journée d’études permettra ainsi de mettre en lumière la façon dont la mise en danger brutale, événementielle, d’un édifice millénaire permet une restructuration des représentations qui lui sont liées, et notamment une réappropriation nationale de sa symbolique. La comparaison entre la structuration de la mémoire sur le temps long et sa modification par le traitement d’une actualité immédiate fourniront également des outils à une réflexion plus large sur les processus propres à la com-mémoration elle-même.

Ouvert au public

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.teurs : Ludolf Pelizaeus, Anne Duprat, Guillaume Roussange

Programme en PJ