contact@gis-religions.fr
04.26.07.66.29.

Les Travaux du GIS

Pierre Fatumbi Verger

Jérôme SOUTY

PIERRE FATUMBI VERGER

DU REGARD DÉTACHÉ À LA CONNAISSANCE INITIATIQUE

“C’est peut-être le seul homme libre que je connaisse. Et ceci explique l’étendue et la qualité de ses réussites.”

Théodore Monod, 1954, Préface à Dieux d’Afrique

Essai anthropologique ? Portrait « transculturel » ? Récit d’aventure ? Tout cela à la fois, et plus encore... Ce livre aux accents parfois biographiques consiste en une analyse détaillée de l’oeuvre artistique et scientifique de Pierre Fatumbi Verger (1902-1996).

Photographe en rupture de ban et voyageur au long cours enquête d’altérité, Verger est devenu ethnologue, botaniste, historien. À partir de 1946 et jusqu’à sa mort, il a consacré cinquante années de recherches aux cultures noires du Brésil et d’Afrique (Nigeria, Bénin), au monde transocéanique des divinités orixás et voduns. Il fut initié au candomblé à Salvador de Bahia, à la divination d’Ifá en pays yoruba (où il renaquit symboliquement sous le nom de Fatumbi), ainsi qu’à plusieurs sociétés secrètes. Homme de l’image initialement méfiant et critique envers l’écriture, il finit par rédiger des sommes ethnographiques pour montrer la richesse et la spécificité de ces cultures de l’oralité. Jérôme Souty propose aussi une réflexion plus générale sur l’originalité et la portée de l’expérience de Pierre Verger. En effet, cette « oeuvre-vie » invite à renouveler les méthodes et à reconsidérer certains enjeux de l’anthropologie : empathie, partage du savoir et restitution locale de la connaissance, initiation du chercheur et nature du « secret », critique de l’ethnocentrisme, articulation image/écriture/oralité...

La photographie autour du monde, entre art et document, fut d’abord pour Pierre Verger un moyen d’évasion et de rencontre, avant de devenir un formidable outil de recherche.

Cet ouvrage, qui compte 80 photographies choisies par l’auteur, analyse la pratique photographique de Verger sur le terrain, son usage des images dans la recherche, ainsi que le statut des images dans le candomblé.

Jérôme Souty est docteur en anthropologie sociale (EHESS Paris, 2005), chercheur, traducteur. Depuis 1994, il s’est largement consacré à l’étude des religions, cultures et patrimoines afro-brésiliens ainsi qu’à l’œuvre-vie de Pierre Verger. Il réside à Rio de Janeiro depuis 2004 et poursuit des recherches à l’interface art/anthropologie, en anthropologie urbaine, et sur la question du genre. En France, il a aussi publié Motel Brasil, Une anthropologie des love hotels (Riveneuve, 2015) et La Rencontre des cultures (Le Cavalier Bleu, 2011).

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Flyer Pierre Fatumbi Verger.pdf)Flyer Pierre Fatumbi Verger.pdf221 Ko

couverture europe des superstitions plat 2

L'Europe des superstitions

 

« Je ne suis pas superstitieux : cela porte malheur. » Absurde, la boutade d’Alphonse Allais ? Pas si sûr. Il n’y a pas de définition claire et sûre de la superstition. Mais il existe une multitude de discours destinés à la détruire, la combattre et la disqualifier.

D’où cette anthologie sans égale qui, dressant l’histoire et la géographie du mot, établit un panorama complet de la culture globalisée. Qui, de la Renaissance à aujourd’hui, en passant par la Réforme, les Lumières, le Romantisme, la Belle-époque, dessine un tableau exhaustif de la modernité conquérante. Qui, de l’Europe à tous les continents, établit une recension détaillée de la confrontation des civilisations.

Une anthologie qui, entre descriptions et caricatures, critiques et injures, découvertes et préjugés, enrôle à son service Montaigne, Spinoza, Descartes, Bayle, Kant, Bergson et Nietzsche, mais aussi Luther, Goethe, Sand et Hugo, et encore les écrivains voyageurs, scientifiques ou polémistes, non sans réserver quelques surprises dont Frazer, l’anthropologue défenseur des « sauvages » et de leurs « crédulités ».

Avec, au bout du compte, une belle leçon éthique : si l’on veut aller au-devant de l’autre dans sa différence, alors faut-il se faire une raison de sa croyance.

Une somme indispensable, un plaisir de lecture.

Tous trois savants, universitaires et chercheurs, Boris Klein (Lyon-II), Philippe Martin (Lyon-II) et Sébastien Roman (ENS) ont allié leurs connaissances historiques, philosophiques et littéraires pour diriger cette anthologie critique des grands textes sur la superstition.

couverture martin face à lépidemie

    

LES RELIGIONS FACE AUX EPIDEMIES

De la peste à la covid 19

Pourquoi, en passant du corps humain au corps social, l’événement épidémique provoque-t-il immanquablement un séisme religieux ? Comment engage-t-il simultanément toutes les figures de la Providence divine, punisseuse, guérisseuse, horlogère, éthique ou miséricordieuse ? Comment divise-t-il profondément toutes les confessions, les forçant à penser et à agir autrement ?

De la peste antique et médiévale au coronavirus contemporain, en passant par les varioles, les choléras et les grippes modernes, sans oublier le persistant sida, de Paris, Rome, Boston à Istanbul, Moscou, Islamabad, des cathédrales gothiques aux pagodes bouddhiques en passant par les synagogues sépharades et les mosquées chiites, voici le panorama époustouflant du face-à-face historique et mondial des religions face à l’irruption d’un mal invisible, incompréhensible et implacable.

Cette étude sans précédent montre que nous n’avons rien inventé. Les hiérarques religieux ont pavé la voie des gouvernants politiques. Mobilisations sanitaires, mesures préventives, ritualisations collectives, discordances scientifiques, recherches de boucs émissaires, réflexes complotistes, contestations populaires : le clerc d’Église d’autrefois et le clerc d’État d’aujourd’hui ont à affronter la même crise de l’explication, de la certitude, de la résilience. Et ils le font avec les mêmes moyens. Car tous deux doivent restaurer la croyance, ici sacrée, là séculière.

Cette somme sans concession, qui renseigne comme jamais, amuse souvent, effraie parfois, et conduit ainsi à la plus cruciale des questions actuelles : et si les images de Saint-Pierre, Lourdes, La Mecque, Bénarès vides pour la première fois indiquaient que la Covid-19 a effectivement inauguré une nouvelle page dans l’histoire de l’humanité ?

Historien, professeur à l’université de Lyon-II, Philippe Martin est également directeur de l’Institut supérieur d’étude des religions et de la laïcité. Il a publié, entre autres, Le théâtre divin. Histoire de la Messe, xvie-xixe siècle.

Prisons et spiritualité COUV V1 4

Prisons, prisonniers et spiritualité


Sous la direction de Philippe Desmette et Philippe Martin


Voici le fruit d’une vaste réflexion autour d’une problématique très actuelle : la place des religions et des spiritualités en milieu carcéral. Le propos est résolument interdisciplinaire – droit, sociologie, théologie, histoire… – et sur le temps long, du xviiie siècle jusqu’à nos jours, ce qui a permis de saisir les évolutions en lien avec les contextes sociétaux au sens large.
La question se confronte d’emblée à deux réalités : le droit et la liberté individuelle. Comment une législation envisage-t-elle l’exercice d’une spiritualité ou des spiritualités en milieu carcéral, comment l’encadre-t-elle, avec plus ou moins d’aisance ? Se pose également la question de l’évolution en la matière, dans le sens d’un plus ou moins grand encadrement normatif en raison de l’évolution du contexte global. D’où l’opportunité de s’interroger sur la compatibilité de cette norme avec les droits élémentaires des personnes incarcérées.
Ce livre décline trois dimensions : les acteurs (les aumôniers) ; le cadre légal, avec une présentation des situations en France, Belgique, États-Unis, Maroc… ; vivre le religieux, que ce soit la « rencontre » avec la foi, la conversion, le rejet…


Philippe Desmette, professeur à l’Université Saint-Louis-Bruxelles. Ses principaux axes de recherche sont les pratiques de dévotion et la sainteté à l’époque moderne, et l’historiographie médiévale et moderne dans les anciens Pays-Bas. Il a publié entre autres Dans le sillage de la réforme catholique : les confréries religieuses dans le Nord du diocèse de Cambrai 1559-1802 (Académie royale de Belgique, 2010).


Philippe Martin, professeur d’histoire moderne à l’université Lyon 2 Lumière, directeur de l’Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité (ISERL) et du GIS Religions-textes-pratiques-pouvoirs du CNRS. Il s’intéresse particulièrement aux dévotions sur le temps long (xviie-xxie siècle). Il a notamment publié Une religion des livres. (1640-1850) (Cerf, 2003) et Le Théâtre divin. Une histoire de la messe du xvie au xxe siècle (CNRS éd., 2009).

Philippe Desmette et Philippe Martin ont déjà fait paraître chez Hémisphères éditions/M&L, en 2018, Le Miracle de guerre dans la chrétienté occidentale.

INTRODUCTION
Philippe Desmette et Philippe Martin


I . UNE EXPÉRIENCE SPIRITUELLE ?
Saint Jacques le Majeur : un saint guerrier et un saint libérateur
Julie Brunel

Les récits de libérations miraculeuses : un appel à la conversion ?
Bruno Maes

Le temps et la démesure de la peine :ennui et spiritualité en prison
Nadia Taibi

Spécificités de l’environnement carcéral dans un contexte de renouveau spirituel
Charles Atkins

Composer à l’Oflag : l’influence de la captivité sur la spiritualité d’Émile Goué
Philippe Malhaire

Quand l’islam s’exprime en prison. Religiosité réhabilitatrice, résistante et subversive
Mallory Schneuwly Purdie

Adolescents sous la main de la justice et espaces religieux : une résonance
Ahmed Nordine Touil

II. GERER LE RELIGIEUX

Les conditions d’exercice de la liberté de religion en détention en France
Anne Fornerod
Une sweat lodge en prison : l’incarcération des Amérindiens  aux États-Unis
Marine Bobin
Les prisons de l’Italie et l’islam : formes de religiosité, gestion  de la diversité et enjeux actuels
Mohammed Khalid Rhazzali
Prévenir et gérer l’extrémisme  violent au Maroc
Farid El Asri
Les paradoxes de la laïcité.  L’exemple de l’aumônerie protestante  des prisons en France  
Frédéric Rognon
Des aumôniers pour lutter contre la radicalisation ? Retour sur l’institutionnalisation de l’aumônerie musulmane en France
Céline Béraud  
Claire de Galembert  
Être aumônier de prison.  Un témoignage
Pascal Hickel  


CONCLUSION ?

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Prisons et spiritualité COUV V1(1).pdf)Prisons et spiritualité COUV V1(1).pdf190 Ko